gototopgototop

05

Jui

2018

Stop à la répression ! Imprimer Envoyer

 

stop _la_rpression

Pétition à signer


Depuis le 03 avril, début du conflit contre la réforme du ferroviaire, la direction SNCF fait preuve de répression envers les grévistes et plus particulièrement envers les représentants du personnel. 

Sur la région de Montpellier, un mandaté CHSCT est convoqué devant un conseil de discipline à Lyon le 18 juillet 2018, pour la simple et unique raison d'avoir tenue une torche sur le quai de la gare de Nîmes, le 14 mai dernier, journée "sans cheminots.

La sanction demandée pour le conseil de discipline est la "radiation des cadres de l'entreprise" soit le licenciement pur et simple malgré un dossier vide. 

Cette sanction est directement demandée par le cabinet de Guillaume Pepy et a pour but de faire "un exemple dans une région où le rapport de force est eleve depuis le début du conflit. 

Cette pétition sera remise à la direction SNCF afin de démontrer que les cheminots se battront toujours contre la répression et contre l'injustice. 

 

05

Jui

2018

Initiatives envers les salariés saisonniers Imprimer Envoyer

 

aff saisonniers_garcons_2012Insctiptions par courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


- Mardi 17 juillet au Grau du Roi (rdv 09h00 devant la gare SNCF)
- Jeudi 19 juillet à Anduze à 09h00 (au Parking du Gardon).

 

05

Jui

2018

Attaque frontale contre la Sécurité Sociale, Le gouvernement sort de l'ombre ! Imprimer Envoyer

 

affiche ss_cgt-66e2eUne modification de grande portée qui risque de changer la nature même de la Sécurité sociale

C'est en pleine nuit et en catimini qu'un amendement d'un député LREM a été adopté pour remplacer le terme « Sécurité sociale » par « Protection Sociale » dans plusieurs articles de la Constitution.

Loin d'être un amendement de forme, cette modification portera gravement atteinte à la nature même de la Sécurité Sociale. Cela prépare à la remise en cause du financement de la maladie, mais aussi du chômage et s'inscrit dans le projet de réforme des retraites envisagé pour 2019 par le Président de la République et son gouvernement.

La Sécurité Sociale impose la notion de redistribution. Pas la protection sociale !

Il n'existe pas actuellement de définition juridique du périmètre de la protection sociale, contrairement au terme de « Sécurité Sociale qui inclut une notion de redistribution (entre actifs et retraités, entre personnes bien portantes et malades etc.). Remplacer « Sécurité Sociale » par protection sociale est une remise en cause du sens de la Sécurité Sociale « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

La Suite...
 

05

Jui

2018

SECRET DES AFFAIRES Imprimer Envoyer

 

Associations, syndicats et sociétés de journalistes s’associent à la saisine du conseil constitutionnel

38 organisations (associations et syndicats) et 10 sociétés de journalistes déposent une contribution au conseil constitutionnel (sous forme d’une « porte étroite ») pour s’associer aux recours déposés par les parlementaires contre la loi sur le secret des affaires. En effet, cette loi, en faisant du secret la règle et des libertés des exceptions inverses nos principes républicains. Elle fragilise un certain nombre de principes constitutionnels, et notamment la liberté de la presse et d’expression ainsi que le droit à la participation et à la mobilité des travailleurs.
Pour concilier protection des savoirs et savoir-faire avec nos libertés, la coalition propose depuis plusieurs mois une disposition simple : restreindre le secret des affaires aux seuls acteurs économiques concurrentiels, afin d’exclure clairement les risques de poursuites les journalistes, lanceurs d’alertes, syndicalistes ou associations. Cette proposition n’a malheureusement pas été entendue. Ainsi, avec une définition large et floue du secret d’affaires, la loi ouvre la porte à des abus sous forme de procédures baillons des entreprises, qui pourront empêcher la divulgation d’informations d’intérêt général.
La coalition compte sur le conseil constitutionnel pour faire respecter les équilibres fondamentaux et garantir le respect des libertés, pilier de notre démocratie.

Montreuil, le 2 juillet 2018

 

 

05

Jui

2018

POLITIQUE MIGRATOIRE Imprimer Envoyer

 

La CGT dénonce un compromis indigne !

Les conclusions du sommet européen du 28 et 29 juin sur « les questions migratoires » accouchent d’un compromis politiquement explosif ou les gouvernements d’extrême-droite sortent vainqueurs.
C’est bel et bien le renforcement de l’Europe forteresse qui est réaffirmé : augmentation des moyens à Frontex et soutien aux gardes côtes libyens.
La mise en place de « centres contrôlés », euphémisme technocratique pour désigner des camps installés dans les ports de débarquement pour effectuer le tri entre bons et mauvais migrants dépendra des pays d’entrée. Dès vendredi le ministre de l’intérieur italien a annoncé la fermeture des ports italiens, prélude à de nouveaux et terribles périples comme celui de l’Aquarius.
Quant aux migrants éligibles à l’asile, ils pourraient être répartis dans d’autre pays européens à condition que ces derniers soient volontaires.

La Suite...
 

Dépêches

CGT.fr est le site de la confédération générale du travail. Il vous donne accès aux ressources documentaires de la CGT, et vous offre aussi la possibilité de vous syndiquer.